À Kingston, une grand-mère âgée de 83 ans est victime de hameçonnage

17 février 2015

Une octogénaire âgée de 83 ans, domiciliée à Kingston en Ontario, a été la cible d'une fraude classique, connue sous l'expression de « fraude destinée aux grands-parents » en janvier dernier.

L'arnaque consiste à contacter des grands-parents par téléphone, en se faisant passer pour un policier, annonçant que leur petit-fils ou leur petite-fille a été arrêté. Une demande d'argent est requise pour payer la caution ou l'amende.

Il existe également un autre scénario, celui-ci où le malfaiteur se fait passer pour l'enfant, en demandant aux grands-parents une somme d'argent pour payer la caution. Certaines victimes ont même eu droit au scénario extrême, où l'on faisait croire à un kidnapping dans un pays étranger et qu'une demande de rançon était requise.

La finale de tous ces scénarios est toutefois la même : le fraudeur demandera à l'aîné le numéro de sa carte de crédit pour acquitter les soi-disant frais ou encore la rançon.

Dans le cas de la dame de Kingston, le fraudeur a affirmé être un policier, racontant à la grand-mère affolée que son petit-fils avait été impliqué dans un accident de voiture et arrêté pour avoir texté au volant. L'imposteur a réclamé des frais à la dame, dans le but de payer la caution, pour qu'il puisse être relâché. Un autre fraudeur a alors parlé à la dame, prétextant être son petit-fils et ce dernier lui a demandé les numéros de sa carte de crédit. Bien sûr, la pauvre grand-mère en état de choc a tout de suite donné les renseignements demandés par ces fraudeurs.

Le lendemain, la pauvre dame remarquait avec effroi qu'un montant de $ 5 000 avait été pris sur son compte. Après avoir contacté son fils, elle s'est bien rendu compte que cette histoire d'arrestation était fausse. Elle a donc alerté les services policiers.

Le Service de police de Kingston recommande aux personnes âgées de se tenir sur leurs gardes lorsqu'elles reçoivent un tel appel, aussi déroutant soit-il. Avant toute chose, il est important de vérifier avec la famille pour savoir si l'enfant est bel et bien dans une situation fâcheuse, comme le raconte l'interlocuteur au téléphone.

Le fait que les fraudeurs insistent pour demander un montant d'argent doit vous mettre la puce à l'oreille, car aucun service de police ne demandera des renseignements sur vos cartes de crédit ; les procédures s'effectuant en cour devant un juge advenant une demande de caution. Quant aux amendes, elles doivent être payées par la poste ou encore à la Cour municipale de l'endroit.

Les personnes qui comptent des aînés dans leur entourage devraient informer ces derniers de se méfier de ce genre d'appel téléphonique.

Pour contrer les risques à long terme d'une fraude par carte de crédit, l'adhésion à un service d'alerte au crédit et de surveillance du crédit peut s'avérer fort avantageux.

02