Des ordinateurs portatifs de la Police de Calgary sont volés

28 octobre 2015

Dans un incident que les défenseurs des droits et libertés civiles qualifieraient « d'inquiétant », le Service de police de Calgary avise le public depuis plusieurs semaines que des ordinateurs portables renfermant les renseignements personnels de quelque 400 Calgariens ont été volés dans une voiture de police. L’information sensible, qui comprend les noms, dates de naissance, adresses et numéros de permis de conduire de ces personnes, pourrait les mettre à risque important de vol d'identité et de fraude.

Le vol a eu lieu le 4 avril dernier, lorsque la voiture d'un officier de police a été vandalisée dans le stationnement du bloc 100 de Crowfoot Terrasse NW. Les services policiers de Calgary ont été prompts à signaler le vol, notamment du fusil de l’officier, un Colt C8 semi-automatique. Heureusement depuis, il a été récupéré.

Ce n'est toutefois pas le cas pour les cinq ordinateurs portables appartenant aux autorités policières qui ont été volés en même temps. Après avoir gardé le silence sur ce vol d'ordinateurs durant un peu plus d’un mois, la police a finalement rendu l'affaire publique, en admettant ne pas avoir été en mesure de les retrouver. Les services policiers auraient passé plus d'un mois à recenser le contenu de ces ordinateurs et il s'avèrerait que les renseignements personnels de 350 à 400 personnes y figureraient. Ces informations sensibles auraient été recueillies entre les mois de novembre 2013 et octobre 2014. Ainsi, les gens qui auraient eu des contacts avec les services policiers de Calgary pendant ce temps peuvent être à risque.

«Nous ne voulons pas mettre en alerte tous les citoyens, car nous avons les coordonnées de ces 350 à 400 personnes et nous les rencontrerons individuellement, » explique le porte-parole de la police de Calgary Kevin Brookwell, en interview à CTV News. Ce dernier a ajouté que le fait que le public n'ait pas été alerté plus tôt fait suite à « une décision d’enquête ».

Toutefois, les experts juridiques sur les droits et libertés civiles considèrent que la décision de retenir cette information était discutable. Dans certains cas, il est bien sûr important de conserver de l’information et ne pas la divulguer au public pour le bon fonctionnement d’une enquête de police, mais les experts estiment que ce n'était pas nécessaire dans ce cas-ci.

« Compte tenu de l’étendue et de la nature des renseignements personnels qui ont été volés, je trouve assez surprenant de constater que les personnes affectées et le public n'aient pas été mis au courant du vol des ordinateurs portables plus tôt. Un avis, même sous une forme très générale, aurait permis aux gens de mieux se protéger contre le vol d’identité et la fraude. Les gens en sont informés uniquement maintenant, » souligne l'avocate Sarah Burton, de la Liberties Research Centre de l’Alberta, en interview pour Metro News.

De son côté, l'expert en droits de l’homme Brian Seaman, a ajouté que les circonstances du vol étaient à discuter et évaluer. «Ce qui me préoccupe, c'est le fait que l’agent trimbalait un fusil d’assaut (après son service) et qu'il avait en sa possession cinq ordinateurs portables. Tout ceci aurait dû être laissé dans un endroit sûr, dans les locaux de la police. »

Toutes les personnes qui peuvent être à risque en raison de ce vol sont invitées à surveiller soigneusement leurs dossiers de crédit, pour y détecter d’éventuelles transactions suspectes. Un service de surveillance du crédit , comme celui que propose Identity Gard, peut vous apporter une protection supplémentaire et vous alerter en présence de certaines activités qui pourraient indiquer une fraude.

02