Le nouveau visage du vol d’identité au Canada

29 octobre 2015

Avant les paiements effectués avec des appareils mobiles, le commerce électronique, les médias sociaux ou encore les services bancaires en ligne, nos renseignements personnels figuraient uniquement sur des cartes de crédit en plastique et sur des documents papier. Auparavant, voler des renseignements personnels signifiait un geste physique, comme le vol d’un portefeuille et par conséquent, se protéger signifiait aussi un geste concret comme celui de cacher nos cartes et documents à la vue des voleurs. Les temps ont bien changé et nos données personnelles les plus sensibles sont maintenant emmagasinées dans des serveurs situés à des milliers de kilomètres et bien hors de notre contrôle…↑ Maintenant que nous partageons nos données personnelles avec des dizaines d’appareils, des applications et des sites Web, la nature du vol d’identité au Canada et partout dans le monde est en pleine évolution. Les voleurs et les fraudeurs, quant à eux, se sont très bien adaptés au paysage numérique.

Dans le cas d'un vol d’identité, un fraudeur obtient l’accès aux renseignements personnels de sa victime, puis les utilise généralement pour obtenir un gain financier. En plus d’avoir accès aux cartes de crédit et de débit, il pourra également ouvrir de nouveaux comptes en se servant des informations subtilisées. Après avoir utilisé les cartes de crédit jusqu'à la limite autorisée à l'insu de sa victime, il la laissera dans un désarroi financier absolu. Bien que le principe de base de l’usurpation d’identité n’ait pas changé depuis l'arrivée des cartes de crédit sur le marché, les moyens par lesquels les voleurs peuvent accéder à nos données personnelles ont radicalement changé, devenant plus variés et plus facile que jamais.

Alors que les escroqueries téléphoniques existent depuis des décennies et demeurent encore aujourd'hui couramment utilisées pour obtenir des renseignements personnels, cette forme d'arnaque ne fait plus maintenant le plus grand nombre de victimes. En 2014, on dénombrait 13 757 plaintes et 7 334 victimes au pays de courriels frauduleux et d'arnaques sur Internet. Les escroqueries téléphoniques, quant à elles, ont fait environ 4 500 victimes et généré plus de 8 000 plaintes. Ajoutons ici que les arnaques envoyées par messages textes semblent davantage réussir aux fraudeurs, car le scénario touche beaucoup de victimes, en proportion, que les courriels frauduleux.

Les fraudeurs profitent du paysage numérique et de son évolution fulgurante. De nos jours, il est beaucoup plus difficile d’identifier le moment où l'on vous a volé vos renseignements personnels, comparativement aux années d'avant Internet, où vous vous rendiez compte immédiatement qu'on vous avait dérobé votre portefeuille ! Ainsi, le simple fait de naviguer sur un site Web frauduleux peut compromettre votre sécurité, même si vous ne saisissez pas d'informations personnelles…↑

Pour obtenir une protection additionnelle, l'adhésion à un service de surveillance du crédit représente une très bonne option. Ce type de service, comme celui que propose Identity Guard, vous permet d'être alerté en présence d'une transaction douteuse dans votre dossier de crédit. Vous serez alors en mesure de prendre des dispositions à la fois préventives et correctives dès que possible.

01