Les fraudes au Canada ont totalisé plus de 70M $ l’an dernier

6 avril 2015

L'année 2014 fut « une bonne année » pour les fraudeurs et les arnaqueurs au Canada. Une récente étude réalisée par le Better Business Bureau de la Colombie-Britannique, estime à quelque 70 M $, les sommes détroussés par des fraudeurs dans des arnaques. Les « activités » sont bonnes, puisqu'il s'agit d'une augmentation de 17M $, comparativement à 2013.

Evan Kelly, porte-parole de l'organisme, précise que la grande majorité de ces arnaques se sont déroulées sur le Web. Parmi les divers scénarios élaborés par les fraudeurs, le jeu de la compassion, allant d'une demande visant à recueillir des dons pour un organisme de charité, à celle sollicitant de l'aide financière destinée aux victimes de catastrophes naturelles. Ainsi, plusieurs malfaiteurs ont créé des sites où l'on demande aux donateurs d'inscrire leurs numéros de carte de crédit; un risque certain de fraude par cartes de crédit.

Monsieur Kelly rapporte plusieurs stratagèmes sont ceux qui sont collés à l'actualité. « Plus d'une centaine de fausses campagnes de financement pour aider les victimes du virus Ébola nous ont été rapportées. Il y a même eu une fausse campagne pour recueillir des dons pour aider le jeune fils du militaire canadien qui a été assassiné à Ottawa, » a-t-il déploré lors d'une interview pour Metro News Canada.

Bien que le Better Business Bureau n'ait pas le mandat de vérifier la légitimité des campagnes de financement, l'organisme invite la population à signaler toute activité qui semble suspecte. Parmi les mesures à prendre, une vérification auprès de l'Agence du revenu du Canada (ARC), afin de s'assurer que l'organisme solliciteur est légitime et détient un numéro d'enregistrement auprès des gouvernements.

Faux courriels de l'ARC annonçant un remboursement d'impôt

Les fraudeurs développent des moyens de plus en plus sophistiqués pour reproduire les sites Web d’organisations bien connues. Ils écartent ainsi la méfiance des gens, pour ensuite soutirer des informations sensibles. C'est le cas de faux courriels envoyés aux particuliers et aux entreprises, copiant l'image graphique de l'Agence du revenu du Canada.

Pendant la saison des impôts, assurez-vous de ne pas vous faire tromper si vous recevez un courriel prétendument envoyé par l'Agence du revenu du Canada. Ce courriel avise le destinataire qu'il recevra un remboursement d'impôt à la suite d'un recalcul. Même si le courriel ressemble fortement à l'image graphique de l'ARC, soyez aux aguets si l'on vous demande des informations personnelles dans le but de recevoir le prétendu remboursement, ou encore de cliquer vers un lien vous demandant d'entrer vos numéros de carte de crédit.

L'hameçonnage a représenté une source importante de pertes financières l'an dernier pour les entreprises et les consommateurs. Dans un communiqué ayant pour but d'alerter la population sur cette tentative d'escroquerie, l'ARC rappelle qu'aucune demande de renseignements personnels ou de numéros de cartes de crédit n'est sollicitée par l'organisme gouvernemental par courriel ou dans un message téléphonique.

Selon Daniel Williams, du Centre antifraude du Canada (CAFC), ce type de fraude ne se terminera pas de sitôt et il serait même possible qu'elle soit à la hausse au cours des prochains mois. « Au cours des dernières années, nous avons vu un fort accroissement de ce type d'hameçonnage numérique. L’Internet a aidé les fraudeurs à obtenir des informations auprès des consommateurs, de façon beaucoup moins chère et plus facilement. De nos jours, les possibilités sont illimitées. »

Sur les 20 types de fraudes les plus courantes répertoriées par le CAFC, plus de la moitié, soit 11, ont été perpétrées à l'aide du Web. La plus répandue est celle de l'arnaque utilisant Microsoft. Un fraudeur se fait passer par un technicien de Microsoft et demande l'accès à l'ordinateur de la personne qu'il a contactée, prétextant vouloir réparer un problème de configuration. En accédant ainsi à l'ordinateur, il cherchera des données sensibles comme des renseignements personnels et des données financières.

Par ailleurs, un nouveau type de fraude a fait son apparition. Elle consiste à se faire passer pour un collègue d'une entreprise reconnue et d'envoyer un courriel à un employé, particulièrement une personne qui occupe un poste qui lui permet d'accéder aux données financières de l'entreprise. Sans méfiance, ce dernier ouvrira la pièce jointe du courriel frauduleux. Si l'ordinateur contient des données sensibles, le fraudeur y aura accès.

Outre les nouvelles technologies, l'augmentation du vol de courrier inquiète aussi la population et les nouvelles boîtes postales communautaires ont été l'objet de cambriolage et de vandalisme. Le vol de courrier peut facilement mener au vol d'identité si un fraudeur a accès aux renseignements personnels, médicaux et financiers d'une victime potentielle.

Si vous êtes préoccupé par les risques de fraude, vous pouvez souscrire à un service de surveillance du crédit. Vous serez alerté de toute transaction ou activité suspecte dans vos comptes et votre profil financier.

02