Ne vous faites pas méprendre par de faux appels gouvernementaux

6 juillet 2015

Au cours des dernières semaines, le Better Business Bureau et les services policiers de Calgary ont émis des avertissements afin de mettre le public en garde contre des arnaques téléphoniques dans lesquelles les escrocs se faisaient passer pour des fonctionnaires du gouvernement canadien.

La première arnaque se voulait une variation de l'escroquerie classique dans laquelle un fraudeur affirme être un représentant de l'Agence du revenu du Canada (ARC) et exige un paiement immédiat pour payer un solde résultant de la déclaration de revenu de la victime. Le même modus operandi était également destiné à de nouveaux arrivants, mais les fraudeurs affirmaient être des représentants de Citoyenneté et Immigration Canada. Ainsi, des résidents de Calgary ont reçu ce genre d'appels. Dans les deux cas, les escrocs affirmaient à leurs victimes qu'ils devaient des arriérés d’impôts ou encore des frais inventés et les menaçaient de les jeter en prison ou de les expulser du pays si elles ne réglaient pas le solde immédiatement.

Si les victimes tombaient dans le panneau, elles devaient envoyer de l’argent et des renseignements personnels soit par voie électronique, service de paiement par câble ou en donnant le numéro de leur carte de crédit. Ces demandes sont un signe sans équivoque qu'il ne s'agissait pas du tout de représentants de l'ARC ni d'aucun autre organisme fédéral, puisque ces types de paiements ne sont pas acceptés tant par le gouvernement fédéral que par les provinces.

Toutefois, les personnes immigrées récemment au pays représentaient les victimes parfaites, car plusieurs ne connaissent pas les méthodes utilisées par l'ARC et le fonctionnement du système fiscal canadien. Ainsi, pour une personne qui n'est pas au fait, les escroqueries de ce genre peuvent se révéler très convaincantes. Selon le sergent-chef Kristie Verheul de l’Unité des crimes économiques de la Police de Calgary, les escrocs ciblent souvent les nouveaux arrivants pour des actes de fraude et de vol d’identité pour cette raison.

« Ils s'attaquent à votre méconnaissance de ce qui est normal au Canada », a déclaré la sergent-chef Verheul en entrevue au réseau CBC. Selon les services policiers, ces arnaques ont floué des victimes pour un montant estimé à 10 000 $ uniquement dans la région de Calgary. De son côté, l'Agence du revenu du Canada rappelle au public de ne jamais accepter de remettre de l'argent à un interlocuteur au téléphone.

Pendant ce temps, une autre arnaque encore plus originale a vu le jour. Il s'agit d'une duperie qui pourrait convaincre les plus sceptiques. Des escrocs ont utilisé la Liste nationale des numéros de téléphone exclus (LNNTE), administrée par le gouvernement fédéral. Les arnaqueurs se sont donc fait passer pour des représentants de l'organisme gouvernemental et ont demandé de vérifier les informations qui figuraient sur la liste pour une mise à jour. En utilisant cette technique, ils ont convaincu des gens qui sont généralement très réticents à répondre à des numéros de téléphone inconnus.

« Ils vont raconter aux gens que leur inscription expirera bientôt et qu'ils doivent la mettre à jour, » a expliqué le porte-parole du Better Business Bureau. Evan Kelly, au réseau CBC. « Voilà comment ils obtiennent vos renseignements personnels. »

En réalité, les numéros de téléphone inscrits sur la LNNTE peuvent y rester jusqu’à ce que la personne associée à cette demande décide de les retirer, de sorte que le gouvernement ne demande jamais d’informations de mise à jour.

Monsieur Kelly encourage toute personne témoin de ce type d'arnaque à la signaler au Centre antifraude du Canada dans les plus brefs délais.

Les techniques utilisées par les escrocs deviennent de plus en plus sophistiquées. Afin d'atténuer les risques de devenir une victime de vol d'identité, souscrivez à un service de surveillance du crédit et vous serez alerté lors d'une activité suspecte dans votre dossier de crédit qui pourrait indiquer une fraude.

01