Un homme fait face à plus de 70 accusations pour vol en Alberta et 58 en Saskatchewan

8 avril 2015

James Donald Provost n'en avait pas encore terminé avec les accusations de vol d'identité et de fraude par cartes de crédit qui pesaient sur lui en Alberta, qu'il a été appréhendé dans la province voisine pour les mêmes motifs.

Après avoir été libéré sous caution pour plus de 70 mises en accusation en Alberta, l'homme de 38 ans, qui a un lourd passé criminel, était arrêté en Saskatchewan. Ayant pu regagner sa liberté en payant une caution de $ 5 000 le 31 octobre 2014 dans l'attente de son procès, il a alors exercé ses activités criminelles en Saskatchewan quelques semaines plus tard.

Provost, qui ne possède aucune adresse fixe, aurait vraisemblablement quitté l'Alberta pour la Saskatchewan au début du mois de novembre 2014. Il s'était installé dans un hôtel du quartier Harbour Landing à Régina et aurait continué à pratiquer le même type de méfait. La police a découvert sur place du matériel pour la production de faux documents, tels que des fausses cartes de statut d'Indien, d'assurance-maladie et de faux permis de conduire.

Le modus operandi de l'inculpé consistait à agir dans un quadrilatère borné par les rues Hanbidge jusqu'à Prince Of Wales, où ce dernier volait le courrier des résidents du secteur. Il recueillait alors les renseignements personnels de ses présumées victimes, afin de créer de nouvelles identités à l'aide d'équipements spécialisés. Ainsi, Provost a « fabriqué » plusieurs cartes d'assurance-maladie, de cartes de statut d'Indien et d'autres types de cartes d'identité. Il a également utilisé les noms et adresses de ses victimes pour effectuer des demandes de cartes de crédit.

Après une série d’infractions tout au long des mois de novembre et décembre, la police de Régina a finalement pu appréhender Provost. Ce dernier fait face à une longue liste de 58 accusations, dont possession de courrier volé, de faux documents, d'utilisation frauduleuse d'un sceau du gouvernement contrefait, de possession d'argent obtenu par des activités criminelles et de fraude de plus de $ 5 000. Tout ceci s'ajoute aux 70 mises en accusations portées contre lui en Alberta, où il doit comparaître plus tard dans l'année.

L’une des 23 présumées victimes de James Donald Provost, le Saskatchewanais James Marino Vecchioli, a raconté à la presse que plusieurs semaines après avoir été victime de cette fraude, il en subit encore les conséquences.

Il a découvert qu'il était victime d'un vol d'identité tout simplement en effectuant une demande de prêt automobile. C'est durant la procédure de vérification de crédit qu'une série de demandes de cartes de crédit effectuées en son nom et à son insu a été mise à jour. Deux demandes avaient même été approuvées et les compagnies prêteuses n'avaient vérifié que l'adresse de son domicile et son nom, alors que toutes les autres informations données par le présumé fraudeur étaient fausses.

Quant à sa situation financière, le bureau de crédit tente d'atténuer l’impact des actes de Provost sur son pointage de crédit. Monsieur Vecchioli a déclaré en entrevue à la CBC News qu'il était outragé d'apprendre que le présumé criminel avait été libéré sous caution pour les mêmes charges quelques temps auparavant.

« C'est invraisemblable pour moi! Il est clair qu'ils vont continuer. Pourquoi leur demander une caution de $ 5 000? Pourquoi même demander une caution ? Gardez l'homme en prison et de cette façon, il ne recommencera plus ce qu'il fait », a-t-il dit lorsqu'il a été interviewé. Il a ajouté par ailleurs être surpris et choqué de constater que son identité avait pu être volée uniquement avec son nom et son adresse.

Garry Clément, ancien directeur de l’Unité mixte des produits de la criminalité de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a expliqué à son tour à la CBC que les sentences pour des crimes de « cols blancs » au Canada, comme ce type de fraude, sont une « plaisanterie ».

Il poursuit en précisant que les faibles conséquences et les profits assez bons encouragent les criminels à continuer leurs activités de fraudes au crédit et d'usurpation d'identité.

Provost semble faire partie de la catégorie de malfaiteurs décrite par l'ancien directeur. Son dossier criminel date d'aussi loin que 1990 et il est connu pour avoir été associé à d'autres types de crimes touchant la fraude. Il a été arrêté en mars 2014 avec son complice, Brad Waselenchuk, un des quatre criminels intercepté à Régina dans une autre arnaque de fraude par cartes de crédit.

Ces criminels se partagent les équipements et les techniques, développant ainsi une expertise, qui les rendent plus difficiles à intercepter par les techniques antifraudes.

Pour détecter un vol d'identité ou encore une fraude par cartes de crédit, vous pouvez adhérer à un service de surveillance du crédit. Vous serez ainsi alerté de toute activité ou transaction suspecte dans vos comptes et votre patrimoine financier.

01